Pour cette dernière journée complète de camp nous avons eu droit à un message de Jonathan sur la dernière partie du Notre Père.

Durant l’après-midi Guillaume nous a proposé un jeu de l’oie géant, il y avait trois critères de notation : la première équipe arrivée, l’équipe avec le plus de points, et l’équipe qui trouvait l’Easter Egg caché dans le jeu.

Après la fin du jeu les campeurs ont pu choisir entre plusieurs activités : aller visiter les cabanes, jouer au foot ou au volley et décorer le chalet pour la soirée. Cette dernière soirée était sur le thème Gaulois. Les campeurs ont eu droit à un banquet gaulois avec du cochon à la broche, le repas était entrecoupé de plusieurs activités tels que l’écriture d’une chanson, d’un jaquadix et d’une création de petites scénettes.

La soirée s’est terminée avec le visionnage des différentes vidéos des jours du camp, ainsi que quelques chants.

C’est avec un peu de tristesse que les campeurs ont rejoint leurs sacs de couchages pour une dernière nuit sous tente.

« Mais Dieu est riche en compassion. A cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions morts en raison de nos fautes, il nous a rendus à la vie avec Christ c’est par grâce que vous êtes sauvés »

Éphésiens 2:4-5

 

 

Journée construction de cabanes par groupes, puis repas concours au feu de bois finalement évalué par un jury hors normes. Magnifiques moments passés à scier, couper, hacher, griller et rigoler!

Après une médit’ perso, un petit déjeuner et des services, les campeurs ont eu droit à un message de la part de Guillaume sur : « la tentation ». Plus tard, les campeurs sont partis au Sulsee pour pique-niquer et jouer au disc-golf.

Suite à un après-midi bien rempli, les campeurs sont rentrés au camp, transformé en escape game géant pour la soirée!

Ils ont étés emprisonnés dans le chalet du fondateur et leur but était de s’échapper en résolvant des énigmes.

« Dieu donne un foyer à ceux qui sont solitaires, il délivre les prisonniers et les rend heureux; seuls les rebelles habitent des lieux arides. »

Psaumes 68 : 7

C’est après que les campeurs aient tous réussi à s’échapper qu’ils ont pu aller dans leurs tentes pour passer une bonne nuit de repos.

 

Deuxième jour brouillardesque du bivouac, direction Mürren, puis Isenfluh! Les campeurs et le staff toujours au beau fixe, gloire à Dieu!

Après les efforts du bivouac, les campeurs ont pu faire une grasse matinée jusqu’à 9h.  Suivie par un brunch puis un message de Philippe sur le pardon.

Suite au message les garçons et les filles sont partis en forêt chacun de leur côté pour créer une cabane. Les garçons ont construit « L’Antre du Grizzli » et les filles nous ont présenté « Mille Feuilles » ainsi que « La Mousseuse ».

« l’Antre du Grizzli »

« Mille Feuilles »

« La Mousseuse en construction »

Plus tard les campeurs sont retournés au camp et ont du préparer leur repas au feu de bois avec des ingrédients tels que des carottes, des pommes de terre, des tomates, de la viande hachée, des oignons, de la pâte à pain, de la confiture, et des condiments fournis par l’équipe cuisine. Ils ont ainsi pu imaginer plusieurs recettes originales. Les garçons de la troupe 5 ont présenté comme entrée à notre jury des sauterelles grillées à la burkinabé!  « C’était excellent! » Jonathan tandis que Philippe contrastait son avis : « Les cuisses de sauterelles sont bien meilleures que l’abdomen ! » . Les garçons de la troupe 7 ont créé un Eiger de carottes ainsi qu’un kebab. Les garçons de la troupe 6 ont façonné une montagne de steak haché sur son lit de patates. Les filles quant à elles se sont toutes rassemblées pour faire le même repas, dont le dessert était un pain de trappeur fourré à la confiture.

 

L’équipe technique

Quoi de mieux pour marquer le point culminant du camp qu’une excursion avec une marche d’environ 30km et de passer une soirée à 1780 m d’altitude, à l’ombre de majestueuses montagnes?

Avant de partir, Thomas a poussé le camp à réfléchir sur la suite de la prière de Notre Père. Le Psaume 37 nous invite à considérer le fait que la volonté de Dieu est que nous le connaissions et que nous cherchions à le connaitre de plus en plus parce que c’est une chose qui durera pour l’éternité.

Je lève mes yeux vers les montagnes: d’où viendra le secours? Le secours me vient de l’Éternel, qui a fait le ciel et la terre.
Psaumes 121 v 1-2

Sans savoir ce qui les attendait, les campeurs se sont mis à se préparer pour la randonnée; les vêtements chaud et les k-way, la crème solaire et les casquettes furent indispensables au bon fonctionnement du périple. Une fois tous réunis devant le chalet, le coup d’envoi fut lancé pour une descente en direction de Lauternbrunnen, pour ensuite poursuivre jusqu’au fond de la vallée.

Les chordes de la guitare et les refrains du chant « Abba Père » ont motivés les campeurs avant une pause bien méritée pour le repas du midi. Un moment tranquille qui permit de reprendre des forces avant de faire face à la montée jusqu’à Obersteinberg.

L’effort léger et agréable de la marche en fond de la vallée s’est transformé en quelque chose de plus intense: la transpiration, la détermination et la collaboration. Les campeurs ont apprécié que le soleil s’efface derrière les nuages pendant qu’ils étaient concentrés à mettre un pied devant l’autre.

La sortie des bois fut également synonyme de sortie des imperméables.  Détrempés et bien fatigués, sans avoir perdu un seul campeur, la vue de la cabane pour la nuit a suscité des cris des joie et des sprints jusqu’au dortoirs bien chaud et secs aussi bien que les tasses du thé, les bols de soupe et les montagnes de spaghettis.

Tous rassemblés sous la lumière des lampes de poches, nous avons entendu les témoignages de la réalité de Dieu dans les vies des moniteurs et des campeurs.  Jonathan nous a rappelé que l’Évangile n’est pas une théorie intellectuelle, ou simplement une autre philosophie pour la vie mais que c’est tout d’abord une relation vivante avec le Dieu Tout Puissant qui a crée l’Univers et qui agit personnellement dans nos vies.

La nouvelle d’un réveil à 7h a été rencontrée avec une résistance impressionnante par tous les jeunes pour continuer la courageuse ascension.  Remplie d’un bon petit déjeuner et avec la promesse d’une montée moins raide, une file indienne prit le chemin toujours entourée par les nuages.

Le groupe s’est divisé en deux une fois arrivée a la descente – ceux qui voulaient mettre un bon rythme sont  partis devant pendant que la reste du camp a profité de descendre évitant les racines, les pierres et la boue glissantes.  Aujourd’hui la destination pour le pique-nique était Mürren et les campeurs se sont réjouis de voir l’équipe cuisine avec les tranches de pain, les saucisses, le fromage, les chips, les biscuits et les gâteaux en bras.

Les campeurs s’en sont retournés le plus vite possible au chalet pour se doucher avec un enthousiasme extraordinaire après presque 7h de marche.

La vadrouille, s’est finie avec un repas de hamburger et frites puis le film « Jésus, l’enquête » et l’assurance d’une grasse matinée.  En espérant que demain nous aurons tous la force et l’énergie pour cette dernière moitié du camp!

L’équipe JAB